Critique

Franck Mallet, Le Monde de la Musique, no. 175, March 1, 1994

Réédition d’un disque vinyle paru en 1978, qui avait obtenu Ie grand prix de l’Académie du disque français, le Requiem (1973) de Michel Chion porte les stigmates d’une musique au seuil de l’expérimentation. L’ancien assistant de Pierre Schaeffer — théoricien de la «musique concrète» — malmène le son au point d’en faire jaillir toute la violence. C’est un bruit domestiqué et électrique, parfois fruste et lancinant qui entoure les multiples voix du Requiem. Inadaptée au concert, cette musique trouve, par le biais de la radio et du disque, un fabuleux terrain d’écoute. Le son intériorisé et masqué de Nuit noire (1979-85) est plus proche des recherches stylistiques de l’écrivain Michel Chion, auteur de mémorables ouvrages tels que la Voix au cinéma, le Promeneur écoutant, Jacques Tati et David Lynch.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.