Critique

Pascal Brissaud, Répertoire des disques compacts, no. 68, April 1, 1994

Le Requiem de Michel Chion date de 1973. Il semble avoir encore gagné en actualité, surtout dans cette «recomposition» qui lui adjoint deux pendants de forte substance, les Variations, œuvre récente (1990) et une composition intermédiaire, le saisissant Nuit noire de 1979-85, en un itinéraire impitoyable qui nous conduit jusqu’à la lisière (et non pas jusqu’au bout, ça, c’est le privilège des romantiques) de notre propre nuit.

Œuvres «concrètes», elles imposent, par les vertus du montage et du mixage, l’image d’une multitude de sources hétérogènes (voix, éléments électroniques, bruits concrets), composées avec un total subjectivisme (ou un subjectivisme totalitaire) puis détinitivement fxées sur la bande. Le résultat est un objet parfait, par construction et par destination. Aucun cheminement, au long de ce Requiem, dont le texte (traditionnel, avec interpolation d’une Epître. d’un Evangile et d’un Pater Noster) est travailié en une muititude de niveaux de sensibilité différents, du déchifrage obtus (Epître) à l’irruption monstrueuse d’un inconscient hideux (Sanctus), de la voix naturelle à la voix filtrée (par le téléphone, par exemple), mais un impitoyable statisme, bouclé sur lui-même. L’environnement est un constant référent à notre quotidien, du plus objectivemenl banal (aboiements de chiens, bourdonnements d’insectes) au plus intime, au plus inavouable: c’est le domaine des bruits «cryptiques», dont l’organicité renvoie à un grouillement malsin de choses félides et crasseuses (l’hôpital). C’est prodigieusement dérangeant dans sa dimention immédiate (pas d’intermédiaires, d’«interprètes» entre le message et nous) et, surtout, quotidienne; pas de place pour le sublime (cl. les Requiem de Mozart, Verdi, Brahms…) ou pour la distance. Michel Chion nous dit que la mort s’inscrit au cœur même de la vie, dans une familiarité terrible qui est celle même, grotesque el dérisoire, des Mystères moyennâgeux.

Les Variations juxtaposent de miniséquences violentes en contrastes abrupt, dans une dominante verticale de flashes éruptifs qui s’opposent en tout à la complexure linéaire de Nuit noire, vaste paraphrase lancinante des éléments précédents, sorte de macération insomniaque («Nuits blanches» me paraîtrait plus approprié…). Après: l’au-delà. Tel quel, le Tryptique ainsi constitué est une fabuleuse réflexion un peu à la manière de celles de Francis Bacon sur la relation entre l’image et son objet. Regardez la pochette: Michel Chion (c’est à dire vous et moi) y est pluriel, représenté à différents degrés de flou, happé par cette représentation jusqu’à la déformation qui, stade ultime, le fait devenir un élément géométrique du fond: c’est cela, la Mort, composition-aliénation-décomposition. C’est aussi pour cela que cette musique parle, malgré sa prodigieuse maîtrise intellectuelle, avant tout à nos tripes, jusqu’à l’insoutenable.

… cette musique parle, malgré sa prodigieuse maîtrise intellectuelle, avant tout à nos tripes, jusqu’à l’insoutenable.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.