electrocd

Chronique de disques

Dominique Olivier, Circuit, no. 5:2, June 1, 1994

La musique de Serge Arcuri, si elle est manifestement «inspirée», reste cependant à cheval entre deux tendances, apparemment contradictoires. L’exigence de qualité propre à la musique électroacoustique (lire plutôt «acousmatique») québécoise, qui fait maintenant école, et une approche plus commerciale tendant à donner à cette musique un caractère de divertissement, telle qu’on la rencontre associées au théâtre ou au cinéma, par exemple. Cela n’en fait pas pour autant une musique bâtarde ou inintéressante, mais vient certainement nuancer notre opinion à son sujet. Tout d’abord, disons que le projet des Les méandres du rêve est né d’une volonté du compositeur d’intégrer à son travail les avenues électroccoustiques, instrumentales et scéniques. En évolution depuis 1984, cette œuvre en mosaïque est construite sur la thématique hautement inspiratrice du rêve, donnant au créateur la possibilité d’aller chercher son matériau dans un vaste corpus d’éléments musicaux rappelant l’univers onirique. Mais là se trouve l’écueil, le stéréotype qui attend au tournant même le compositeur le mieux intentionné et le plus imaginatif. On ne peut bien sûr reprocher aux compositeurs de musique électroacoustique d’utiliser ces clichés, puisque la musique, comme le langage, en est faite. Devant les possibilités infinies de cet art encore neuf, le créateur est justifié de chercher un langage composé d’éléments signifiants pour l’auditeur. Mais la frontière reste facile à traverser entre une musique utilisant le stéréotype comme aide, comme support devant l’immensité des possibilités sonores, et une autre qui se sert de celui-ci comme élément constitutif et privilégié. Voilà le piège où glissent beaucoup de jeunes crécteurs qui abordent l’art électroacoustique, et c’est malheureusement le cas ici. Si on y retrouve tour à tour des échos de musique modale La porte des sables, minimaliste Lueurs ou balinaise Chronaxie, la musique de Serge Arcuri n’est pas anecdotique, mais plutôt évocatrice, et excelle dans l’art de créer des atmosphères. On voudrait pourtant que son talent l’amène à être plus exigeant intellectuellement.

… excelle dans l’art de créer des atmosphères.