Critique

Albert Durand, Revue & Corrigée, no. 20, June 1, 1994

Dans le dernier numéro de R&C, nous vous présentions 3 nouveaux CDs de empreintes DIGITALes. En voici encore sept! Cela fait maintenant une collection de 21 titres qui place empreintes DIGITALes en tête des labels d’électroacoustique, par la quantité et la qualité. Chapeau!

Avec ces nouveautés, c’est aussi le début d’une série intitulée “compact-compact”, des CDs de courte durée, environ 40 minutes, vendus à moitié prix (alors que le coût de fabrication est strictement le méme!). L’idée est de présenter le travail de compositeurs aujourd’hui plutôt que d’attendre des années qu’ils augmentent leur répertoire.

C’est le cas par exemple avec Randall Smith. Ce compositeur canadien et autodidacte a découvert l’électroacoustique avec les disques 33 tours du GRM et de Philips, et principalement avec ceux de Bernard Parmegiani à qui il fait référence dans le titre de son disque, L’oreille voit pour L’œil écoute. Né en 1960, il appartient à la nouvelle sénération de compositeurs arrivée en studio en méme temps que les techniques actuelles. Ce sont de loin les pièces récentes les plus intéressantes: La volière, évocation d’un monde volatile enfermé dans une cage et The Black Museum, musée personnel de l’auteur où il nous expose ses réflexions musicales.

… une collection […] qui place empreintes DIGITALes en tête des labels d’électroacoustique, par la quantité et la qualité.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.