electrocd

Critique

Jérôme Noetinger, Revue & Corrigée, no. 25, September 1, 1995

Michel Chion est un habitué de la maison, c’est son deuxième CD et pas le dernier, puisque l’étiquette québécoise aurait, parait-il, lancer une OPA sur l’intégrale de ce compositeur, théoricien, cinéaste, vidéaste… indépendant. En tout cas si le patrimoine fout le camps, ça nous permet tout de même de (re)découvrir Le prisonnier du son (1972[, 85]) composé un an avant le Requiem, on y retrouve d’ailleurs quelques petits trucs. Une sorte de pièce fantastique où l’on suit la vie d’un prisonnier du son, ce n’est pas derriere le miroir, mais derrière le HP que nous allons. On assiste à une sorte de folie liée au son comparable a celle de Karl Boehm face à l’image dans Le Voyeur de Michael Powell. Fort heureusement pour nous, il n’y a pas de crime, car nous pourrions en être la victime, et cela reste au niveau de la discussion. En tout cas, il y a déjà ici beaucoup du Chion que l’on retrouvera dans Requiem ou La Tentation de saint Antoine. Cette pièce a été retouchée en 1991 pour des questions de droits, car dans la version originale, Chion y utilisait un extrait de Visage de Berio. DJ avant l’heure!

L’autre pièce sur ce disque, Vingt-quatre préludes à la vie est un véritable manifeste de, pour, la musique concrète, en s’appuyant sur la caractéristique que Chion a toujours mise en avant, la fixation du son. On a réellement la sensation d’un rapport entre le son et son support qui devient quasiment vivant. C’est aussi différentes techniques, differentes matieres sonores, différentes sources sonores… c’est la musique concrète en 1991 avec tout l’héritage des pièces et des expériences passées. Ces 24 préludes sont aussi un hommage à Schaeffer par leur côté étude (sans jamais tomber dans le démonstratif) que ce dernier avait toujours exigé.

Alors oui, c’est vrai, Pierre Schaeffer est mort… mais Michel Chion vient de sortir un nouveau disque et c’est ça l’important.

”Nous sommes vivants et la musique nous l’a dit”.

DJ avant l’heure!