Critique

Albert Durand, Revue & Corrigée, no. 25, September 1, 1995

Des nouveautés chez empreintes DIGITALes, voilà qui fait plaisir car cette étiquette de disques nous fait régulièrement découvrir des compositeurs ou des pièces délaissées par d’autres plus institutionnalisées.

Voici le premier CD de Patrick Ascione (ex-æquo avec Métamorphose d’un jaune citron chez Métamkine, MKCD 014) qui, dans son travail, s’intéresse à l’espace (il compose beaucoup de pièces en multipiste) et à exprimer une relation entre peinture et musique concrète. Une musique agitée avec beaucoup d’éléments rythmiques et un bouillonnement de grands mouvements stéréophoniques qui, cependant, n’effacent pas les nombreuses teintes de ces dégradés sonores.

… un bouillonnement de grands mouvements stéréophoniques…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.