Critique

François Tousignant, Le Devoir, no. 40, October 11, 1995

Chut! Est-ce le vent? D’où viennent ce souffle dans la toundra, cette parole dans le froid? Fascination de l’environnement qui semble vide d’objet, qui se déploie tout d’un coup, plein de sens.

Cette musique électroacoustique (ou acousmatique, ou électronique, ou concrète, je ne veux pas blesser Philippe Le Goff dans son allégeance esthétique) est de la plus pure poésie. Comme un poème, on prend une œuvre, on l’écoute dans le noir et le silence, et un univers se déploie lentement, tranquillement et sereinement devant nous.

Pas d’agressivité. Le Français s’est pris de vraie affection pour les Inuits et le Grand Nord; il nous rend cela avec une humilité qui émeut. Au delà des querelles esthétiques et politiques, il y a ici de la musique de l’âme, de la vraie, qui aspire l’auditeur dans un délicieux vertige.

Que de goût dans ce disque! Que de réserve et de discrétion. Des secrets se cachent. Essayez de les découvrir…

Que de goût dans ce disque! Que de réserve et de discrétion.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.