electrocd

Critique

François Tousignant, Le Devoir, November 4, 1995

Pour apprécier cet enregistrement, il faut être de l’une ou l’autre de deux natures; la première: les fervents de l’électroacoustique, la seconde, les amoureux de sensations fortes et nouvelles. Néanmoins, toute oreille curieuse y trouvera son compte.

Pas de complaisance dans le «beau son». Un message urgent à livrer. Cela décrit bien Le prisonnier du son. Les adolescents en raffoleront pour les effets violents, les plus âgés, pour sa construction sans compromis qui véhicule toute la tension de notre vie urbaine. C’est une musique qui n’émeut pas; elle passionne et va gratter loin dans l’âme. Pas facile.

Les 24 préludes à la vie qu’ suivent sont à écouter avec attention. Une obligation pour tous les réfractaires au genre «musique sur bande». Michel Chion renoue avec une tradition qui remonte aux recueils de Bach, Chopin et Debussy.

Du premier, l’étude quasi systématique du vocabulaire. Du deuxième, l’instantanéité de l’expression de l’émotion («Faites attention: Il ne faut jamais réveiller le son! … de crainte que le son ne se retourne contre moi»). Du troisième, l’attention à rendre dans un environnement sonore à toute la poésie du mot qui ici se veut non pas suggestive mais révélatrice d’une angoisse psychologique créatrice profonde.

On va de l’étonnement au rêve, en passant par la nausée et le repos. Une expérience foncièrement étonnante et nouvelle. Comme quoi des cendres d’un ancien ordre peut sortir une expression vivifiante et stimulante.

C’est une musique qui n’émeut pas; elle passionne et va gratter loin dans l’âme.