Critique

Jérôme Noetinger, Revue & Corrigée, no. 31, March 1, 1997

Treize ans après, Francis Dhomont continue son cycle avec Forêt profonde (1994-96) basé sur des textes de Bruno Bettelheim. Aujourd’hui le son et son façonnage ont changé, ainsi que les outils de sa réalisation (et il en découle un plus grand lissage de l’ensemble), mais le propos reste le même. Cependant il me semble moins fortement atteint que dans la pièce précédente. Ici nous avons affaire à un trop de texte qui donne une dimension presque didactique. D’autre part, une absence de gravité.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.