Critique

Jérôme Noetinger, Revue & Corrigée, no. 31, March 1, 1997

Membre elle aussi de la Communauté électroacoustique canadienne (CEC), Hildegard Westerkamp s’intéresse aux sons de l’environnement et à l’écologie acoustique. On retrouve très bien ces preoccupations dans Cricket Voice (1987) ou Beneath the Forest Floor (1992). Elle réussit parfaitement à créer des paysages sonores imaginaires à partir d’environnements sonores réels comme le désert ou la forêt. Des pans entiers d’espaces dissimulés s’ouvrent à nous. Nous y plongeons ou sommes happés au passage d’un oiseau ou du chant d’un criquet. C’est la même chose avec A Walk Through The City (1981) sauf qu’ici les sons proviennent d’un environnement urbain agité et agressif. Dans son travail Hildegard Westerkamp se situe par rapport au monde dans lequel elle vit et nous fait découvrir sa dimension sonore.

Elle réussit parfaitement à créer des paysages sonores imaginaires…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.