Critique

Jean Vermeil, Répertoire des disques compacts, no. 101, April 1, 1997

Un nouveau lyrisme apparaît, enfant de l’opéra de toujours et du théâtre musical des années soixante-dix. Le compositeur Philippe Mion et l’écrivain Philippe Minyana ont choisi un parti très efficace, mélange de modestie et d’excès.

C’est l’outrance de l’histoire, à la lisière de l’archétype, comme il se doit: Léone, en mal d’enfant, enlève un bébé. Divers meurtres, puis Dédé, son mari taxidermiste et fou la retrouve dans les toilettes de la gare de Strasbourg (un exploit, croyez-moi, quand on connaıt ces lieux tristes comme la propreté…), bref le trio des années de plomb Berg (Wozzeck), Brecht (La noce chez les petits bourgeois) et Céline (Mort à crédit). Ou, mieux, les Atride façon Bidochon, dans un décor entre Tardi et Delicatessen. La naïveté réaliste de la bande dessinée évacue (un temps) la déréliction du questionnement du récit qui se devrait de ne plus être.

Côté musique, c’est, comme l’explique la notice gourmande de Jean-Christophe Thomas, la combinaison du «nappé et du rythme», une napolitanité bien en situation. Les voix n’ont pas peur de parler — armes du crime: le «sprechgexangue» et le «parlarcontendant». Elles ont encore moins peur de chanter, ce qui n’est pas un mince paradoxe daus l’étique (sans h) du Iyrisme actuel. Pas de complexe à moduler à la Berg, cette limite (physiologique?) si difficile à franchir. Pas de complexe à aller plus loin, moments de paroxysme bien venu et superbes ensembles vocaux, le suc du Iyrisme selon moi (ex: Séquetice III, Errance et folie de Léone). Et ceci en parfaite distinction (entendre: intellection), beau respect de la prosodie française et beau métier à savoir en jouer.

Il est vrai que la grandiose banalité du texte (ô mânes de «Pédéraste et Médisante»…) sert bien le propos. Tout cornme la solide distribution vocale, où on retrouve, avec cette cruauté de la tendresse qui s’impose ici, des noms qui reviennent de loin, comme Liliane Mazeron ou Iréne Jarsky.

La musique électroacoustique assure bien le nappage, déjà cité, pendant que les voix verticalisent le rythme. Musique étrange, peu fréquente au Iyrique (à entendre) et invisible (à voir, sur scène), ce qui ajoute au mystère de ce drame lorrain si proche, et pas que par la géographie, de cette affaire Grégory qui fit même dérailler la Duras.

On est conquis, et tant pis si ce plaisir est peut-être sans lendemain. Cela fait du bien, parfois, de voir son époque répondre à son époque, ne serait-ce qu’un instant.

… un parti très efficace, mélange de modestie et d’excès.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.