Critique

Costin Cazaban, Le Monde de la Musique, April 1, 1997

Deuxième volet du même cycle, Forêt profonde est une «visite guidée de l’âme enfantine» qui s’inspire des travaux de Bruno Bettelheim sur la psychanalyse des contes de fées. La sonorité se fait du coup plus transparente et Francis Dhomont utilise les formules rituelles du genre en les transgressant, car sa démarche vise à rendre évident le fonctionnement du symbole tout en préservant le charme de son indécision fondamentale. Il s’agit d’une autre réussite technique et musicale où il faut admirer, entre autres, l’intégration des références aux Scènes d’enfants de Schumann.

Il s’agit d’une autre réussite technique et musicale…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.