Le disque de la semaine

Dominique Olivier, Voir, April 3, 1997

Deuxième volet du diptyque intitulé Cycle des profondeurs, inspiré au compositeur électroacousticien Francis Dhomont par une réflexion psychanalytique, Forêt profonde est très différente de Sous le regard d’un soleil noir, précédente œuvre du cycle. Loin du cauchemar schizophrénique, et composée presque quinze ans plus tard, Forêt profonde évoque les contes de fées, leur atmosphère, le rôle qu’ils ont joué dans la formation de notre conscience.

Dhomont a recréé pour nous une partie de cet univers intérieur grâce à sa musique, à des extraits de contes ainsi qu’à des citations tirées de Psychanalyse des contes de fées de Bruno Bettelheim. Ici, la musique ne sert pas d’écrin aux textes, ceux-ci deviennent musique. Dhomont ne nous raconte pas une histoire, il nous amène au cœur des sensations, des réflexions et des émotions suscitées par ces histoires qui nous ont marqués, bien souvent, plus profondément qu’on ne le croit. La qualité sonore est inouïe, le son, magnifique; on est tout de suite enveloppé, entraîné dans la forêt comme si on nous prenait par la main. Pour que la magie opère, il n’y a qu’à se laisser porter.

AVIS: Le texte reproduit ici est extrait du site de Voir et est protégé par la Loi sur le droit d’auteur du Canada. © Communications Voir Inc, 1997

… La qualité sonore est inouïe, le son, magnifique; on est tout de suite enveloppé, entraîné dans la forêt…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.