La musique électroacoustique résiste au temps

Philippe Tétreau, La Presse, June 14, 1997

Le divan du psychanalyste

De son côté Francis Dhomont poursuit sa route déjà longue et qui se prolonge bien au-delà de nos frontières. En véritable artiste, Dhomont ne met jamais à l’avant-plan les ressources prestigieuses des outils dont il dispose; c’est d’abord et avant tout ce qu’il a à dire qui façonne ses réalisations. Après nous avoir donné Sous le regard d’un soleil noir, il nous offre cette Forêt profonde en cultivant toujours l’ambivalence poétique entre le son et le sens. Ces deux réalisations s’inscrivent dans un vaste et ambitieux projet ayant pour titre générique Cycle des profondeurs, auquel s’ajoutera peut-étre (nous l’espérons) un troisième volet. La Forêt profonde de Dhomont est celle de l’inconscient marqué dès l’enfance par les contes d’Andersen, de Grimm et de Perrault. Autant de brèches qui nous permettent de faire de saisissantes incursions dans un passé déterminant. Mais nous ne sommes pas laissés à nous-mêmes. Des séquences narratives nous guident et nous aident à entrer plus avant dans le propos. Dhomont indique les chemins du labyrinthe. Nous avons en lui le chef de file de l’électroacoustique qui, par son art et son instinct, nous fait oublier le prosaisme clinquant des machines.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.