La musique électroacoustique résiste au temps

Philippe Tétreau, La Presse, June 14, 1997

Écoloacoustique

Les frontières de l’électroacoustique n’ont jamais été très délimitées; on y met souvent ce que l’on veut, on y entend de tout. Le genre rappelle à l’occasion ce que sont devenus l’essai et le roman: des fourre-tout. Avec Hildegard Westerkamp, établie à Vancouver, il y a bien cette dimension qui rappelle le calepin de voyage où sont colligées diverses trouvailles faites au cours de ses pérégrinations. Son disque intitulé Transformations propose des évocations de la nature ainsi que des échantillons croqués sur le vif qui se rapportent au bruits urbains (A Walk Through The City). Avion, voiture, sirène, arcades, faubourgs populaires, itinerants, pollution sonore, etc. Dans les autres plages du disque, nous reconnaissons bien les vertus écologiques propres à la sensibilité des gens de l’Ouest. Traitées puis montées, les séquences de Westerkamp forment un lyrisme verdoyant. La encore, on opte pour les sons ténus: la douceur confine parfois au romantisme.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.