electrocd

Critique

François Tousignant, Le Devoir, March 14, 1998

Le titre annonce bien la nature de la collection: des disques compacts de courte durée sur lesquels on ne retrouve qu’une seule et relativement brève œuvre. Ici, une des dernières créations de Christian Calon, lancé lors de son passage à Réseaux. Le disque se fait alors prolongement du concert, entrouvre d’autres aspects de la personnalité du compositeur.

Audiblement Christian Calon est un séducteur. A l’instar de Casanova, il sait exactement trouver le beau son, et aussi faire monter la tension avec des utilisations un peu plus agressives du timbre. Rassurez-vous: jamais du volume. Nous avons affaire ici à un compositeur, pas un manieur de décibels.

Ses «Corps éblouis» ont été réalisés dans les studios de l’Ina-GRM, et cela s’entend. Il est curieux de constater, encore et toujours, à quel point le lieu de réalisation d’une œuvre électroacoustique marque sa sonorité par les possibilités et l’équipement contrastants des divers studios. Ici, les carillons et les tenues graves sont une véritable signature que Calon utilise avec discrétion. On entre alors dans un autre univers, un peu comme celui de la méditation transcendantale, sorte d’influence d’un zen qui aurait perdu tout orientalisme folklorique pour se contempler lui-même.

En laissant aller son oreille, elle découvre alors un parcours poétique dont la profondeur s’enrichit d’écoute en écoute. Ce qu’on manque en richesse d’espace (nos salons nous limitent à la stéréophonie), on le gagne en pouvoir de réécoute.

… il sait exactement trouver le beau son, et aussi faire monter la tension …