De la bien bonne musique bien faite

François Tousignant, Le Devoir, March 22, 1998

Jean-François Denis, le brave initiateur de cette collection consacrée à la diffusion de la musique électroacoustique, ne pouvait passer sous silence discographique les célébrations entourant le demi-siècle de cette forme d’art. En effet, c’est en 1948 que le Français Pierre Schaeffer proposa – entre autres – à un public parisien plus que surpris son Étude aux chemin de fer. Un événement qui allait avoir sur l’art du siècle le même impact que L’Arrivée d’un train en gare de La Ciotat des frères Lumière près de 50 années plus tôt.

Pour garder un petit caractère populaire et démocratique à la fête, il a proposé à 24 compositeurs électroacousticiens de composer une courte pièce de trois minutes. Pourquoi trois minute? Car telle était la durée de la première création de Schaeffer. Sur ce canevas, nos artistes se sont mis qui à son microphone, qui à ses bandes, qui à ses ciseaux, qui à ses ordinateurs, chacun choisissant ce qui lui convient dans le vaste attirail de lutherie disponible.

Le résultat: une véritable fiesta pour l’oreille, 24 petits clips parfois amusants, parfois plus angoissants, mais qui, tous, témoignent de la diversité et de la vitalité des esthétiques.

On peut suivre le parcours tel que proposé, ou encore, après une première écoute, mieux apprivoiser en variant la succession des plages (les lecteurs se programment, ne l’oubliont pas) et écouter juste ce qu’il faut pour ne pas se lasser, ou encore revenir sur ce qui intéresse le plus.

J’ai mes favoris, bien sûr, mais je vais vous les taire afin que vous partiez mieux équipé, c’est-à-dire avec le moins de préjugés possibles, dans l’exploration de ces horizons stimulants.

Le résultat: une véritable fiesta pour l’oreille, 24 petits clipsparfois amusants, parfois plus angoissants, mais qui, tous, témoignent de la diversité et de la vitalité des esthétiques.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.