Chronique

Julien Jaffré, Jade, February 1, 2005

Lorsque 2 platinistes se rencontrent, ils évoquent des histoires de platines et de diamants, de révolution par minutes et d’acétate et s’inventent des lieux et des histoires imaginaires, des rencontres et des mises en scènes innocentes ou fortuites. C’est sans doute ce goût du risque, de la fracture et du bruit qui a conduit ces 2 hommes à se rencontrer. Le Premier Otomo Yoshihide, fondateur de Ground Zero, membre du collectif MIMEO et d’ISO en compagnie de Sachiko M, et le second, Martin Tétreault, québécois, qui a acquis au fil d’une prolifique carrière ses gallons de terroriste sonore en maltraitant à 2 mains ses platines. Voilà pour les présentations succinctes. Le cadre de leur première rencontre sur support s’est sans doute opérée vers la fin des 90’ sur le label Ameobic pour Four Focuses, album sur lequel on retrouvait déjà Sachiko M et Yasuhiro Otani. Leur dernière rencontre Studio — Analogique — Numérique, fort d’un certain succès leur a donné l’envie de prolonger l’aventure. En soliste, les 2 hommes se sont démarqués sur des labels heureux tels qu’Ambiances Magnétiques, For4Ears, Sonic Factory, Japan Overseas, FMN, Extrême ou encore RéR. Ce disque, 1. Grrr (le plus bruyant), premier de ce qui s’annonce une série, suivi de 2. Tok (+ fragmenté) puis en mai de 3. Ahhh (le plus calme) est un florilège d’enregistrements live, répartis selon les thématiques sus-cités; chaque morceau portant le nom du lieu et de la salle, et donné dans un temps très court en Europe fin avril 2003… Ces performances se sont ainsi tenues entre Brest, Nijnegar, Orléans, Lyon et Grenoble, soit la France et la Hollande. 5 villes, 5 salles qui ont 5 soirs durant recueillis l’intimité de créations de nos 2 duettistes, mais aussi leur complexité, leur savoir-faire et savoir défaire, leur complicité, autant d’adjectifs qui participent de l’audition de ce disque. 1. Grrr propose une architecture sonore conflictuelle où les grésillements, et les perturbations hertziennes saturées recouvrent d’un halo gris la membrane rythmique qu’on découvre par courts instant. Pourtant, à l’occasion de fébriles harmonies - perce-neige - trouent la calotte, offrant alors quelques instants de grâce pure et délectable au creux de ce capharnaüm saturé.

… une architecture sonore conflictuelle où les grésillements, et les perturbations hertziennes saturées recouvrent d’un halo gris la membrane rythmique qu’on découvre par courts instant.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.