[Re]piquer la musique

Alain Brunet, La Presse, November 14, 1998

Infographe de profession, Frédérick Blouin fait le design des sites et logiciels fabriqués par Agents Technologies, une petite entreprise de Québec. Lorsqu’il rentre chez lui dans le quartier Montcalm, il crée sa musique d’allégeance électronica, plutôt calme… «Je ne suis pas du genre techno boum boum», résume-t-il… placidement.

Le jeune homme fréquente l’ordinateur depuis toujours. L’outil est devenu une extension de lui-même. Lorsque l’autoroute de l’information fut ouverte, Frédérick se trouva parmi les premiers Québécois à y emprunter la bretelle d’accès. Il n’est pas près d’arrêter d’y circuler, d’y chercher l’inédit. Encore moins d’y réduire sa vitesse de croisière.

Quête d’informations, quête d’images, quête de sons, la création comme mode de vie. À 20 ans, cet artiste multimédia vient de lancer sur Intemet ses plus belles pièces de musique - sous la bannière Oeuf Korreckt, son disque s’intitule… Leonard Nimoy! Disque que l’on peut télécharger chez soi, et ce sans payer un seul sou! C’est une manière pour lui de se promouvoir. Mais une majorité absolue de créateurs, producteurs et interprètes réprouvent cette pratique que l’on doit au format MP3, un logiciel qui encode la musique sur la bande originale, la compresse et la transmet très rapidement sur une ligne téléphonique. L’internaute aboutit sur un site MP3 comme celui où se trouve le disque de Frédérick. Puis il magasine, écoute les pièces - au moyen d’un autre logiciel, le Real Audio et décide ou non de télécharger. Le logiciel Winamp permet à l’usager de décoder l’information sonore sur le disque dur de son ordinateur. S’il le désire, le surfeur pourra effectuer le transfert du disque dur… à un autre support; graveur de disque compact, magnétophone à cassette analogique, DAT (Digital Audio Tape) ou encore le Rio, nouveau balladeur fait sur mesure pour emmmagasiner la musique transmise via MP3.

Il existe actuellement des centaines de sites Internet où l’on peut accéder gratuitement à de vastes catalogues de chansons ou même d’albums. Très peu sont authorisés par les créateurs. Par voie de conséquence, ces nouveaux sports «internautiques» ouvre toute grande la porte aux pirates de la propriété intellectuelle.

Voilà donc une partie d’un phénomène généralisé à l’aube de l’ère numérique: la dématérialisation de l’œuvre, c’est-à-dire son passage progressif d’un lieu physique d’achat (le magasin) à un lieu virtuel (le Net).

Le logiciel de compression MP3 n’en demeure pas moins un outil formidable. Il arrive que la diffusion et le téléchargement gratuits des œuvres sur Internet n’ait rien de répréhensible. L’exemple de Frédérick Blouin est éloquent à ce titre.

Idem pour ses collègues de Period Three, Surfing Secrets, Anaesthesia, Asyncdrome ou Napalm Jazz, qui ont tous endisqué sur le label virtuel No Type, le premier label conçu au Québec. À Québec, plus précisément. «L’objectif de départ, c’est de faire entendre des groupes totalement inconnus», de justifier David Turgeon, 22 ans, propriétaire de No Type. Outsider brillant, Turgeon est un informaticien autodidacte, internaute de haut niveau en plus d’être compositeur (pour le compte de Period Three).

La plupart des groupes au menu du site No Type, qu’il a lui-même imaginé, n’ont jamais endisqué avant… Ie mois dernier. Depuis lors, près de 3 500 internautes ont visité le site de l’étiquette No Type, plus de 5 500 téléchargements y ont été effectués. Rien de moins!

«Nous n’avions, dit-il, aucune autre possibilité d’être découverts que sur Internet. Pas de compagnie de disques, pas de budgets promotionnels… Donner la possibilité aux usagers d’Internet de télécharger nos disques, c’est le seul moyen à notre portée. On ne fait pas d’argent (pour l’instant), mais on n’en perd pas.»

Outsider brillant, Turgeon est un informaticien autodidacte, internaute de haut niveau en plus d’être compositeur…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.