Critique

Dan Warburton, Art Zéro, no. 14, January 1, 1999

«Peut-être empreintes DIGITALes pourront-ils nous offrir bientôt un disque de Vande Gorne avec uniquement sa musique?» avais-je écrit il y a quelques mois.

Et voilà un disque de 1996, Tao [IMED 9311], un très beau travail sur cinq éléments — eau, feu, bois, métal, terre — rien du tout à voir avec les conneries de Luc Besson. Les mots-clés qui se trouvent dans le dépliant central nous indique un chemin poétique — non programmatique — à suivre avec la musique. On se trouve alors dans un contexte plus figuratif que l’idéologie de base de la musique concrète («ne pas employer des sons en tant qu’instrument, mais en tant que sons sur la bande magnétique, où ils abandonnaient le côté causal: c’était plus une clarinette, c’était plus un piano — c’était un son qui avait une forme, un développement, une façon de vivre»Ferrari). En effet, comme Luc Ferrari, Annette Vande Gorne prend ici un grand plaisir à utiliser les sons de la nature tel quel. De l’artisanat d’une rare beauté.

Tao
De l’artisanat d’une rare beauté.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.