electrocd

Yves Daoust ou l’art du palimpseste musical… un monde entre rêve et réalité.

Mathilde Henry, Club-culture, September 1, 1999

Yves Daoust est l’un de ces compositeurs dont l’œuvre, si singulière et surprenante soit-elle, ne nous laisse pas indifférents. Concepteur sonore à l’ONF (Office national du film du Canada) pendant quelques années, le compositeur a rejoint, dès 1978, la fondation de l’ACREQ (Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec), dont il assumera la direction pendant près de dix années. Aujourd’hui enseignant au Conservatoire de musique de Montréal, Yves Daoust y a développé un programme de composition électroacoustique qui lui permet de poursuivre ses recherches.

Son dernier album Musiques naïves, édité par [DIFFUSION i MéDIA dans la collection] empreintes DIGITALes, illustre bien cette démarche de recherche: Yves Daoust nous invite à repenser l’écoute des paysages sonores qui font notre quotidien, en les utilisant dans ses œuvres comme des ‘instruments’ à part entière.

Son œuvre se compose tel un palimpseste: des sonorités nouvelles se superposent à des œuvres plus anciennes qui fournissent, dès lors, une trame musicale de base. Ainsi, dans le premier morceau de l’album, intitulé Impromptu, Yves Daoust utilise la Fantaisie impromptue en do dièse mineur, opus 66 de Chopin comme thème dominant de la pièce, laissant la sensation d’une composition en surimpression.

De même, dans le morceau intitulé Fantaisie, Yves Daoust utilise en filigrane la Fantaisie en fa mineur, opus 103 pour piano à quatre mains de Franz Schubert, en lui superposant des morceaux d’archives radiophoniques qui illustrent le pouvoir envoûtant de la radio.

Mais, Yves Daoust est également un conteur, un magicien qui se joue des oreilles de son auditeur. Il nous fait en effet perdre pied en abolissant, dans ses compositions, la frontière qui existe traditionnellement entre notre quotidien sonore (chants d’enfants, voix, bruits de foules…) et la musique. Ainsi, dans le morceau Il était une fois… (conte sans paroles), une pléiade de notes, de sons et d’harmoniques accompagnent le chant d’un enfant, nous entraînant ainsi dans un monde tout droit issu des profondeurs des rêves. Le compositeur intègre donc la réalité (l’eau, par exemple, dans Water Music ) au virtuel, à l’irréel. Il travaille sur notre quotidien sonore comme sur une partition; il en tire des sonorités, des instruments même, atypiques, comme en témoignent Résonances, composé à partir des cloches de Notre-Dame de Montréal, et Mi bémol, bâtit sur une polyphonie de sons très divers.

Ainsi, l’œuvre de ce compositeur semble être une pluie harmonieuse qui transforme le monde réel en un monde magique; sa musique scintille tel un paysage après une pluie…de notes, évidemment.

… l’art du palimpseste musical…