Chroniques (Mission 5)

Solénoïde, January 1, 2001

À force de concevoir des remèdes efficaces dans le traitement de pathologies radiovisuelles aiguës, le label empreintes DIGITALes pourrait bien devenir un des fournisseurs officiels de notre acousmodrome solénoïdal. Dans la nuée de nouveautés que vient d’essaimer le label canadien, se distingue l’album de l’anglais Adrian Moore. Une œuvre concrète, versatile et complexe qui se découpe en trois parties: l’une est dédiée à l’abstraction sonore, l’autre au retraitement de sons naturels d’objets domestiques et la dernière est à connotation «radiogénique» selon les termes de l’artiste. Transformés en véritables capteurs de sons cachés ou insinués, ce sont les microphones qui sont ici à l’honneur. Naviguant entre évocations insolites ou oniriques et digressions autoparodiques, l’auditeur devient le témoin émerveillé d’une exploration chirurgicale et émotionnelle au cœur de la texture sonore…

Une œuvre concrète, versatile et complexe…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.