Critique

François Tousignant, Le Devoir, May 5, 2001

Je vous ai parlé, en d’autres circonstances (celles de la critique de concert), de l’art de compositeur et de diffuseur d’Adrian Moore. Voici l’occasion d’en retrouver des parcelles. Attention: les œuvres sont entières sur ce disque, toujours aussi magnifiques, où l’électroacoustique se déploie dans l’espace - ce qui vous demande d’user d’une bonne chaîne stéréo et d’avoir des voisins qui toléreront le fait que vous vous éclatiez à un assez bon volume. Je le souligne car en ce cas c’est important: nous ne sommes pas en face d’un art de décoration à la CJPX ou de sourdine.

Du vrai! Le titre du disque l’énonce clairement: Traces, et, auditeur, on se doit de suivre le compositeur dans la polysémie de l’itinéraire proposé. Vous croyez être rébarbatif à cette «musique du bruit»? Imposez-vous cette écoute. Ô, tout n’y est pas génial, le pire reste de l’ordre de l’excellent. Vous vous demandez ce qu’est le talent? Écoutez. La musique parle. Mieux, et peu importe ici les convictions esthétiques ou théoriques, elle est. Quand le disque nous offre la chance de prendre contact (ou de reprendre contact) avec un compositeur de premier plan, on se précipite.

Il faut convenir que ces œuvres-là ne décoreront pas vos soupers ni ne seront le prélude à des ébats sentimentaux, comme elles n’accompagneront pas vos temps morts. Ici, que des temps pleins, pleins de la force si unique de la conviction qu’on s’arrête, qu’on arrête tout, pour écouter.

En plus, la reproduction sur les deux canaux stéréophoniques est fascinante. Le son bouge, ça c’est relativement facile à faire avec la maîtrise de la monophonie dirigée, et fait prendre conscience de cette dimension si spéciale à Adrian Moore: l’espace. Donc, hors de l’anecdote du mouvement, il respire. Et nous avec lui!

Osez passer outre à vos appréhensions: chaque pièce ne dure même pas un quart d’heure. Dérangement, fascination, questionnement, ravissement, voilà le programme. Je vous évite la glose intellectuelle: quand la musique est belle à ce point, il ne faut faire qu’une seule chose: l’écouter avec attention. Cela vous réconciliera avec bien des recoins de votre psyché.

Ô, tout n’y est pas génial, le pire reste de l’ordre de l’excellent. Vous vous demandez ce qu’est le talent? Écoutez.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.