Trois aspects du bonheur

François Tousignant, Le Devoir, May 19, 2001

Il faut bien que je vous parle de ce disque pour deux choses. La première s’impose: la beauté de la musique. Jonty Harrison est un très grand compositeur et cette sorte de portrait nous emmène dans tellement d’univers variés qu’on s’étonne de la puissance d’imagination dont est capable l’espèce humaine. Ici, le critique a tout dit et laisse la place à votre bon vouloir d’entendre en vous le recommandant à tout le moins chaudement, même aux rébarbatifs à l’acousmatique.

La seconde est une vraie farce, de celles qu’on ne commet qu’avec la plus complète sincérité. J’ose donc ici une sorte d’impudique confidence. En entendant Klang (œuvre magnifique), je n’ai pu m’empêcher de penser à des cloches japonaises du temple. Je maintiens: c’en est vraiment le son. Mais une amie m’a dit se retrouver dans sa cuisine et ses casseroles en entendant cela. Quelle honte: je croyais à plus de noblesse et pourtant oui: ce sont des casseroles: je fus berné et m’en confesse sans modestie.

Jamais batterie de cuisine ne fut si résonnante et riche de potentialité. Et, effectivement, la poésie sonore s’enrichit de cette vision qui trouve sa source dans le hasard du quotidien; Cage avait raison de dire que la musique, dans le fond est plus dans l’oreille de celui qui écoute que dans celle de celui la fait. Il y a toujours un impondérable quelque part que l’artiste transforme et qui — Jonty Harrison — devient révélateur. On voudrait bien des mots pour dire cela. Heureusement il y a mieux, à savoir la musique. C’est plus que suffisant.

… un très grand compositeur… on s’étonne de la puissance d’imagination dont est capable l’espèce humaine.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.