Para un universo paralelo

Vidal Romero, GoMag, no. 112, June 1, 2010

Musique concrète, musique pour bande, acousmatique, musique électroacoustique, cinéma pour l’oreille, paysage sonore, art sonore: dit de cette façon, il faut reconnaître que les choses avec lesquelles trafique Empreintes Digitales s’éloignent un peu des intérêts quotidiens de cette sainte maison. Ce problème semble devenir la condition habituelle des disques que publie le label canadien. Trop abstraits pour les amateurs de pop, trop sérieux pour les adeptes de l’électronique (même dans ses formes les plus expérimentales) et, voilà la surprise, trop mondaines pour les consommateurs de musique contemporaine (musique culte, comme eux-mêmes le revendiquent), des messieurs sybarites qui devraient être le public réel du label. C’est de tout cela que parlait dans un récent entretien le père de la créature, Jean-François Denis. Il expliquait qu’au fond, quand on travaille avec une musique si spécifique, qui a sa propre place dans le marché, on fini par trouver un public que suit son son, qui apprends et grandit en même temps que le label et «finit par créer des réseaux, des revues, des groupes et des événements». Même si Denis ne sait pas trop clairement qui achète nos disques, où ils sont et quelles autres musiques ils écoutent, il est très conscient qu’il faut les soigner, qu’il ne peut pas leur donner n’importe quoi, «ni au niveau du contenu, ni au niveau des présentations de disques». Autrement dit: quand on a un produit unique et sans concurrence pour se faire des soucis, survivre n’est plus une cause de préoccupation et la seule chose qui compte est la beauté. Il est clair qu’il faut reconnaître à Denis qu’en plus du bon goût, il a du flair et une certaine vision du business, vingt ans après la création et avec un catalogue qui dépasse les cent références. Empreintes Digitales bénéficie d’une image plus forte que jamais. Des aspects comme l’édition des œuvres en DVD-Audio («il y a des expériences sonores qui nécessitent une ambiance plus soignée», dit Denis) ou le design des jolis boîtiers en carton — remplis d’information et pas très pratique pour de grandes mains — qui donnent une impression de raffinement renforcé par la musique. Comme par exemple, les deux dernières publications du label, Études pour Kafka de Francis Dhomont et Ubiquité de Dominique Bassal, deux disques si beaux et si inclassables. Musique pour un univers parallèle qui est meilleur que le nôtre.

Il est clair qu’il faut reconnaître à Denis qu’en plus du bon goût, il a du flair et une certaine vision du business, vingt ans après la création et avec un catalogue qui dépasse les cent références.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.