Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no. 49, September 1, 2001

Adrian Moore met plutôt l’accent sur l’abstraction et l’intériorisation des phénomènes acoustiques, créant ainsi des plages quelque peu spatiales (les deux premières pièces), perturbées cependant par des inserts plus dramatiques, avant de s’attaquer à l’étude du grincement d’un feutre sur un tableau, expérience qui pourra ravir tout éléve non intéressé par les propos de son professeur et qu’il subit déjà de manière plus brute dans sa somnolence inattentive. La dernière pièce Sieve différe toutefois des autres plus dense, plus complexe, elle recèle aussi des sons plus aisément reconnaissables et dans ce sens plus proche des travaux de Jonty Harrison.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.