electrocd

Critique

STNT, September 7, 2012

Si je te colle un petit wikipedia, on obtient çà: Empreintes DIGITALes est une maison de disques fondée en 1990 à Montréal, spécialisée en musique électroacoustique, acousmatique et musique concrète. En 2005 empreintes DIGITALes fait le grand saut du CD au DVD-Audio. Le DVD-Audio offre une plus grande fidélité sonore grâce à l’encodage à 24 bits et une mise en espace sonore immersive grâce au Surround 5.1 du cinéma maison. Soit! mais j’ai un CD…

Robert Normandeau est lui un des grands maîtres contemporains des musiques électroacoustiques, terme super poussif pour désigner un mix entre la création de paysages sonores, la musique concrête (le bruit d’une porte) et le traitement électronique du son (le bruit de cette même porte transformé en disto via un système électronique). Ca se la pète mais je m’y sens bien… Reconnu par toute la musique électronique avec son Sonars de 2001 sorti sur Rephlex, le label d’Aphex Twin, Normandeau a ouvert une énorme brêche dans l’espace électronique dédié à l’expérimental pour toute une génération. Et ceci en plein succès d’Aphex Twin début 2000. Un véritable tapis rouge dans ce micro milieu…

Sur ce disque, les 5 «pièces» sont des créations réalisées entre 2005 et 2011. Le mélange des genres et l’agglomération de tous ces cliquetis, souffles inspirations, expirations, chants d’oiseaux, pots d’échappement de voitures, vent violent, pluie, avions, cloches, etc (Jeu de langues), sont associés à des traitements électroniques généralement à l’esprit inquiet. Un truc se passe dans la précision de l’enregistrement et du traitement sonore. C’est une musique de maniaque et même si la génèse du premier morceau Palimpseste a 7 ans (un petit pas pour la musique mais un pas de géant pour le milieu électronique), il n’empêche que ça crie toujours comme ça respire en pleine nature et au grand air sans avoir pris une ride. Les sons de la vie réelle ne vieilliront jamais et les nappes angoissantes créées s’avèrent de prime jeunesse aujourd’hui. L’excellent Anadliad et ce jeu autour du bourdon de la cornemuse et de sonorités de tonnerre créé un paysage étonnant. Sur Palindrome, on est baigné dans un vaste océan fantomatique où les spectres électroniques fricotent avec les sonorités trafiquéées de cordes graves de piano. Cette réédition prend son souffle dans l’instant, on y adhère ou pas mais nul doute à avoir quant à la puissance physique développée par cette musique à la teneur si inquiétante (inutile de vous dire que ce disque s’écoute à un volume conséquent et si possible sur plusieurs enceintes).

… nul doute à avoir quant à la puissance physique développée par cette musique…