Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no. 51, March 1, 2002

Il y a quelque chose de paradoxal dans cet enregistrement de Robert Normandeau. Les techniques mises en œuvre dans cet enregistrement s’apparentent a des études à partir d’un son bien définit retravaillé par les techniques des studios électroacoustiques: le shakuhachi (flûte japonaise), la voix, divers instruments subissent ainsi divers traitements sonores. Dans la musique dite «contemporaine», cela aboutit trop souvent à des musiques froides et sans âme. Et pourtant il s’agit là de véritables séquences narratives, à l’image des titres - celui de l’album, par ailleurs pièce principale du recueil, précédé par Malina et Erinyes, respectivement titre d’un roman autrichien et nom des «gardiennes de la vie humaine» selon la mythologie grecque. La pièce la plus prenante des deux pour l’auditeur est certainement la seconde, avec parfois cette mise en abîme de la voix, proprement surprenante voire inquiétante et certaines sonorités ne sont pas sans rappeler les «oiseaux» de Hitchcock. La longue suite Clair de terre, apparaît plus conceptuelle dans son propos: se servant d’une des images les plus marquantes de la seconde moitié du siècle écoulé, Robert Normandeau construit une douzaine de séquences évoquant par leur intitulé des techniques cinématographiques mais destinées à relativiser ou - c’est selon - à revaloriser des sons plus ou moins communs perçus avec le même regard distancié que celui du voyageur de l’espace. Mais l’utilisation qu’il fait des sons issus de divers instruments, objets ou situations, a le mérite d’être des plus concrets, laissant là aussi libre cours à l’imaginaire de l’auditeur, qui peut tisser sa propre trame narrative, avec quelques points d’appui plus ou moins imposés par l’identification du son traité.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.