Critique

François Tousignant, Le Devoir, March 2, 2002

La démarche de Francis Dhomont se révèle toujours d’une singularité exceptionnelle. Parfois, au gré d’un concert ou d’une radiodiffusion, on entend une pièce, plus ou moins courte. Le propos en est anecdotique, plus abstrait, souvent interrogateur. C’est toujours bien fait, tellement que parfois on reste sur sa faim. C’est que, fin alchimiste, Dhomont ne révèle ses formules que par bribes à son auditoire. Sa vraie force — il l’a assez souvent prouvé par le passé — se situe au rang de la fresque. Ce Cycle du son le démontre, encore une fois, avec une incroyable maestria. Je passe par-dessus l’analyse descriptive de chacun des mouvements; le compositeur en offre une sur la pochette, généreuse autant que pertinente et brève. Concentrons plutôt notre regard acoustique sur ce dernier chef d’œuvre en date.

Il y a chez Dhomont une sorte de trinité présidant à l’œuvre que la technique transcendée du médium acousmatique met encore plus en évidence dans cette musique de grande maturité. D’abord, il faut parler de la structure de sa musique. Même un néophyte rébarbatif à cette forme d’art peut comprendre ce qui se passe dans l’instant, et en saisir le sens. Du ludique au presque agressif (mais pas trop), de l’inquisitif au réconfortant, de l’identifiable à l’inouï, les moments s’enchainent et s’articulent. On n’en comprend pas toujours le sens ou la nécessité. Alors, la mémoire se met en branle, cette mémoire que Dhomont, à l’instar de Proust, semble tant solliciter pour mieux saisir et inventer le monde.

Nous entrons dans le monde du formel, de la construction. Chacun des instants entendus se met à prendre un relief et en imprime un nouveau sur ce qui s’en vient, ce qui est, ou ce qui encore parfois se répéte. On entend une démonstration du fonctionnement de la perception sonore qui semble ne viser qu’un but: la communication d’une idée. Donc, à la troisième étape, celle qui différencie le véritable artiste du manipulateur de boutons: le domaine indescriptible en mots de l’intuition concrétisée en œuvre musicale. Est-ce satisfaisant? Certes, mais là n’est pas le propos; c’est enrichissant. D’autant plus que ce Cycle du son ne se gêne pas pour citer des classiques du genre (en fait, il s’agit d’une sorte d’hommage posthume à Pierre Schaeffer combiné à une célébration du jubilé du genre d’art qu’il a inventé). Si vous ne les reconnaissez pas, ce n’est pas très grave car les aspérités stylistiques vont vite renseigner l’auditeur attentif sur la direction que prend la musique selon la nature (ou la constitution) du son et le traitement qu’on y applique.

On a donc affaire au résultat des réflexions d’un aussi grand théoricien que technicien — chose rare en ce monde électroacoustique, qu’il transpose tout naturellement dans l’univers des sons, un peu à la manière des visions abstraites beethovéniennes, de certains contrapuntistes de la Renaissance ou des avancées de Webern. L’exploit se hisse tellement haut que l’Idée domine radicalement et poétiquement la quincaillerie mise en branle pour donner naissance à la musique.

Pendant près d’une heure, Dhomont force l’attention. Voici donc l’avantage du disque. Car si on perd sur ses deux haut-parleurs la variété de l’orchestre de diffusion utilisé en salle, vous avez tout loisir, dans cette magnifique réalisation sur deux pistes, de prendre votre meilleur fauteuil et de vous y installer au moment où vous vous sentez le plus disponible à faire le petit effort exigé pour gravir cette montagne magistrale.

Au Cycle du son de Dhomont, on doit répondre par le «cycle de notre écoute». Là, la profondeur d’un univers se déploie galactiquement, rejoignant presque les conceptions astrophysiciennes du monde. Encore une fois, Dhomont réussit le miracle d’éviter le piège de la facilité, nous faisant saisir l’insaisissable qu’il recherche et auquel il touche, nous emmenant avec lui dans ses aspirations.

Encore une fois, Dhomont réussit le miracle d’éviter le piège de la facilité, nous faisant saisir l’insaisissable…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.