Critique

Monotrains & Satellites, April 1, 2002

On a souvent perçu en certains astrophysiciens des poètes qui s’ignoraient. Robert Normandeau crée ici des structures cinématiques fortes, acousmatiques par essence dont la puissance narrative matérialise des images fortes dans notre esprit.

C’est aussi le travail de recomposition d’un fait (les pas d’Homme sur la lune) partiel, une interprétation possible reconstruite par déduction, à la manière des historiens ou des astrophysiciens (notamment ce jeune Français qui cherchait à signifier par calcul les émissions sonores d’un trou noir.)

Une démarche où le tâtonnement et la remise en question sont indissociables. Du cinéma pour l’oreille cher à Jérôme Noetinger, de l’acousmatie proche de ce qu’en entend François Bayle, pour un travail sérieux et amusé qui tient d’avantage de l’archivage sonore (la musique de Normandeau évoquant tantôt des musiques rituelles indiennes, tantôt des ambiances sombres à la Hermann) que d’un album classique, au bon sens du terme. Un assemblage sonore limpide qui oscille avec vivacité entre séquences stridentes et plages d’accalmie qui nous plonge avec plus ou moins de facilité dans un état second. Robert Normandeau a reçu de nombreux prix.

Un assemblage sonore limpide qui oscille avec vivacité entre séquences stridentes et plages d’accalmie…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.