electrocd

Critique

Cléo Palacio-Quintin, Circuit, no. 23:1, July 1, 2013

Dans son attendu sixième disque sur l’étiquette empreintes DIGITALes, Robert Normandeau présente cinq œuvres composées entre 2005 et 2010. La pièce éponyme Palimpsestes (2005, 11) ouvre le bal. Il s’agit de la quatrième et dernière œuvre du cycle Onomatopées de Normandeau, débuté avec Le renard et la rose en 1995. La forme de Palimpsestes respecte la structure temporelle des autres œuvres du cycle, toujours présente en arrière-plan, d’où le choix du titre. Encore une fois, le compositeur traite avec brio une panoplie de sons vocaux originaux qui deviennent autant de sonorités chatoyantes et colorées, captivant notre attention, en passant par des mouvements de «Furie et rythme», «Amertume et timbre», «Colère et dynamique», «Fatigue et espace» et «Sagesse et texture».

Dans Murmures (2007, 11), le cinéma pour l’oreille de Normandeau se transporte sur la Place de Ransbeck en Belgique où est situé le studio Métamorphoses d’Orphée, lieu de création de l’œuvre Rumeurs (Place de Ransbeck), entièrement réalisée avec des moyens analogiques en 1987. Cette nouvelle visite sur la Place de Ransbeck se passe en numérique et révèle avec raffinement les moindres murmures captés par microphone.

Jeux de langues (2009) met en valeur des sons de respirations, de souffles et de bruits mécaniques d’instruments à vent (flûtes à bec, flûtes traversières et saxophone baryton) joués par des instrumentistes multilingues. Des sons de verre sont jumelés à ces souffles et créent une atmosphère éthérée et lumineuse. On demeure cependant toujours dans un état d’extrême intimité, comme si l’on se retrouvait à l’intérieur de ces instruments. Cette œuvre coupe littéralement le souffle à chaque écoute, par sa force d’évocation et l’impression d’emprisonnement voluptueux qu’elle procure. Dans le livret du disque, le compositeur dévoile avoir composé cette pièce avec l’idée de contribuer au genre de l’érotisme, genre rarement abordé en musique, contrairement aux autres arts contemporains comme la littérature, la peinture et le cinéma.

La musique se poursuit dans la thématique du souffle avec le titre Anadliad en gaélique, qui signifie souffle ou inspiration en gallois. Le décor est cependant tout autre avec cette cornemuse en ouverture, le pibgorn, un instrument à vent gaélique à vent, et le souffle des Dieux évoqué par les vents et orages de la côte galloise. Cette pièce, d’ailleurs la plus récente du disque (2010), nous transporte dans de grands espaces ouverts dans lesquels l’on aimerait se perdre indéfiniment, sous la pluie et l’orage qui gronde au chant des cornemuses.

La pièce de clôture démontre la fascinante maîtrise de la forme chez Normandeau, qui nous offre une pièce en Palindrome (2005-06, 07). On pourrait réellement écouter cette œuvre «à l’envers» et entendre exactement la même musique. Celle-ci s’inscrit dans un cycle de pièces vouées à un rituel d’écoute attentive, idéalement en situation de concert, mais tout autant fascinante au casque ou sur de bons hautparleurs. La musique comprend peu d’événements dont l’évolution lente ne cause aucun changement brusque et propose ainsi une écoute «de l’intérieur du matériau sonore»… En un mot: hypnotisant.

Avec ce disque, Robert Normandeau prouve une fois de plus son statut de maître incontesté de la musique électroacoustique. Malgré qu’elles soient conçues pour diffusion sur acousmonium, la réduction en stéréo des compositions est réalisée avec le plus grand soin et conserve parfaitement les sensations d’espace présentes dans chacune des œuvres. Normandeau revisite ses thèmes chers et les renouvelle, tout en nous amenant sur de nouvelles pistes et en prenant des risques. Un disque riche et authentique qu’on ne se lassera pas de réécouter et qui mérite sans aucun doute le prix Opus du Disque de l’année que l’on vient de lui attribuer.

Un disque riche et authentique qu’on ne se lassera pas de réécouter…