Musique de chambre

Sarah Lévesque, Nightlife, no. 36, July 1, 2002

Montréal ne détient pas le monopole de la musique électronique au Québec. À partir de la Vieille Capitale, Oeuf Korreckt assure une IDM gentille, pointue, rigolote et inventive. L’histoire des sons créée dans une chambre, faite pour un salon…

Bien que Frederick Blouin apprécie l’anonymat derrière le nom étrange d’Oeuf Korreckt, il se risque aujourd’hui au jeu des questions-réponses. Surprise… Le chercheur sonore s’avère volubile, partageant sans réserve ses procèdés créatifs. Vécu en 1992, le coup de foudre pour les ordinateurs et leurs logiciels le consume encore. De cette liaison, Frederick n’éprouve aucune vanité mais un sentiment de contrôle envers ses machines. «Maintenant, je sais comment aller chercher une tonalité grasse ou délicate. Et aussi, je me concentre beaucoup plus sur les sons, alors qu’avant je passais plus de temps sur les mélodies. Quand les technologies ont évolué, elles ont permis une plus grande manipulation du son par rapport au simple clavier qui était plus mélodique. J’ai sauté les pieds joints.» Tellement que Frederick n’a pas hésité à flirter avec plusieurs genres, touchant au hardcore et à la transe, en passant par la techno, la musique pour jeu vidéo et en s’arrêtant longuement sur l’IDM.

Ces multiples embrassades de style s’entendent quelque peu sur son tout premier album, Podweek. Quinze morceaux ont ici été regroupés par No Type, un label dedié à la diffusion de MP3 expérimentaux et qui essaie depuis quelques mois le format CD. Fait étrange pour une première galette, I’album se veut une compilation des meilleurs moments d’Oeuf Korreckt, de 1995 à aujourd’hui. Podweek était le nom que je donnais à mes premiers démos, explique Frederick, et plusieurs pièces se sont retrouvées sur ces cassettes. La seule exception serait le morceau Podweek Theme, qui est devenu un succès internet. En fait, mon entourage a réellement créé des pressions pour que ce matériel voit le jour officiellement.» Il est facile d’en cerner la raison. Le passionné conserve précieusement des centaines de CDs ne comprenant que ses compositions.

Le voyage dans le temps se réalise agréablement, sans descente abrupte inexplicable, même si les finales d’Oeuf Korreckt sont très séches, même rapides. Comment l’expliquer? Oeuf Korreckt pond sans grande couvaison. «Ouand je m’installe et que je fais de la musique, ça va toujours très rapidement. La plupart du temps je produis toujours mes tracks en 45-90 minutes, ce qui est assez rapide. C’est sûr que ce que je fais n’est pas toujours assez bon pour être sur un disque. Je ne fignole jamais les tracks qui ne sont pas intéressantes pour les améliorer et les rendre meilleures. Et ca prend autant de temps faire une bonne pièce qu’une mauvaise. C’est une question d’occasion, d’inspiration et de situation.»

L’inventivité et la recherche motivent chaque élan de ces productions qu’il nomme amicalement des «versions bedroom». Pendant qu’il s’affaire à parfaire un nouveau pouls mécanique, Oeuf Korreckt pimente inconsciemment la vie de Ouébec. «Il est vrai que la scène électronique de Québec est très faible. Mais c’est un terrain grandissant. Le public se déplace puisqu’il n’est pas saturé comme à Montréal. On y voit donc des individus appartenant à plein de milieux différents dans une rave puisque la scène est trop petite pour avoir ses cliques. Je te le dis. Si Autechre venait à Québec, même ma mère irait.»

Podweek d’Oeuf Korreekt se trouve sur la maison de disques No Type.

… Oeuf Korreckt assure une IDM gentille, pointue, rigolote et inventive.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.