Critique

Julien Jaffré, Jade, no. 8, June 1, 2002

La rhétorique de l’Oeuf et de la poule est désuète et sans intérêt. La seule question qu’il convient de poser à présent serait… Où était la musique électronique canadienne avant Oeuf Korreckt… Y en avait-il d’ailleurs?

À la fois insoumise et corvéable, amplie de clichés et judicieuse, désinvolte et réfléchie, la musique sur Podweek détaille le panorama global de ses propres inspirations autant que le paysage plus large de la musique électronique, avec tous les angles concaves et contreforts qu’elle connaît.

La structure de l’album, sa coquille charnelle, s’est chargée au contact des meilleurs calcaires, du résistant tri repetae d’Autechre, au lumineux traits du Aphex twin de Ventoline ep, Disjecta, Plaid ou The Black Dog (qui ont utilisé le même logiciel il fut un temps…).

La floraison de rythmes, leurs échos dansants et rebonds joyeux dans l’atmosphère étroite du disque dur de Frédérick Blouin évoquent tant l’aspect anecdotique qu’historique du processus et de l’outil de création, un logiciel inusité: le trackers.

Inusité parce qu’en conflit avec l’interface Windows qui l’a banni de son plan de développement (que l’on connaît). La résurgence de ce petit logiciel, couplé à l’intelligente vision musicale d’Oeuf Korrekt donne un album sans faille, séquencé, cadencé, en un mot rutilant de santé avec même des cimes de Gabber basique qui passe bien à l’oreille, une fois n’est pas coutume.

Si le label expérimental No Type souligne avec humour l’outrage personnel d’avoir osé diffuser un disque “mélodique”, le réel outrage, s’il y en a, aurait été de passer sous silence cette onzième table de loi. À découvrir d’urgence.

… un album sans faille, séquencé, cadencé, en un mot rutilant de santé… À découvrir d’urgence.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.