Love on the Bits

Fabrice Vanoverberg, Rif Raf, no. 199, April 1, 2014

Vous en doutiez? Votre Love On The Bits tient ses promesses, deux fois plutôt qu’une. Le mois dernier, on vous mettait l’eau à la bouche avec l’annonce de La Marée de Pierre Alexandre Tremblay (empreintes DIGITALes), un mois plus tard, le constat est d’une telle évidence qu’il mérite un développement. Habitué d’une électroacoustique de tout vol, la maison québécoise accueille pour la quatrième fois le compositeur montréalais, aujourd’hui prof de composition à l’Université de Huddersfield en Angleterre. Tournant complètement autour des relations entre les haut-parleurs et les instruments (une clarinette basse, un piano Baschet-Malbos ou la voix de soprano de Peyee Chen), la méthode Tremblay inscrit ses pas entre le piano préparé de John Cage, le jeu de cloches de The Bell Laboratory et l’incandescence expérimentale de la scène norvégienne (Lene Grenager ou Kjetil Møster), tout en imprimant un cap à la fois personnel et exigeant. Toutefois, la démarche du musicien canadien ne se veut pas qu’expérimentale, tant est grande sa volonté expressive, en marge totale des canevas du tout venant. Et si chaque effort mérite récompense, nul doute que les cloches de Pâques seront généreuses en chocolat fin le 20 avril prochain. Hmmm, ça fond déjà dans la bouche.

Hmmm, ça fond déjà dans la bouche.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.