Sélection musicale #4

Kasper T Toeplitz, Présent continu, April 1, 2015

La marée est une collection de musiques de chambre d’aujourd’hui du compositeur canadien, mais résidant et enseignant en Angleterre, Pierre Alexandre Tremblay: l’ajout de «aujourd’hui» à «musique de chambre» est important, dans toutes ces pièces l’instrument (oui, il s’agit à chaque fois de pièces solistes) dialogue à part égale avec l’électronique qui ne lui est pas soumise mais n’est pas non plus une sorte de divinité de haute technologie, prétexte absolu et unique raison d’être de la musique; la mention d’aujourd’hui (et on aura eu bien soin de ne pas utiliser le mot «contemporain») elle est là, dans le fait de plus considérer ou utiliser cette électronique comme un corps étranger que l’on craint ou qu’on explore, que l’on dompte, parfois, mais comme une évidence, comme part acquise du monde dans lequel on vit, ni plus ni moins fantastique ou mystérieuse que les instruments utilisés, qu’il soient clarinette basse (Heather Roche), piano (Sarah Nicolls) ou voix (Peyee Chen). Et il écrit bien, Pierre Alexandre Tremblay, mais dira-t-on, c’est un peu la moindre des choses – là où sa musique devient intéressante ce n’est pas parce qu’il «écrit» bien mais parce qu’il est intelligent et que cette intelligence s’entend: on entend le compositeur nous «parler» ou du moins nous présenter une vision du monde, la sienne, et non pas seulement résoudre tel ou tel questionnement musical ou compositionnel.

Dans cette «marée», – déclinée en deux CD, bien qu’en seulement cinq pièces, ce qui suggère que le temps est pris de s’installer dans chacune d’elles, tant pour l’auditeur que le compositeur – ce qui prime après l’écoute, ce qui reste, n’est pas tant une proposition d’un nouveau style, de croisement ou fusion, d’un «truc» un peu inouï («oh, ici j’ai utilisé la synthèse concaténative par corpus !» – toutes choses que Pierre Alexandre maîtrise par ailleurs admirablement) que le fait de présenter l’ensemble comme de la musique de chambre d’aujourd’hui, sans esbroufe. Une seule pièce déroge à l’ensemble, celle écrite pour Jean-François Laporte et l’instrument de son invention, la «table de Babel» – peut-être parce que l’instrument se veut «inouï» justement, peut-être par un son très diffèrent du reste… je ne sais. Pour le reste, comme dit, une acuité rare dans ces compositions de musique de chambre. D’aujourd’hui.

… une acuité rare dans ces compositions de musique de chambre.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.