Musique électroacoustique et Franz Kafka?

Anne-Marie Jeanjean, Revue du crieur, April 1, 2016

Voilà qui ne pouvait manquer d’attiser ma curiosité. Il faut préciser que Francis Dhomont, pionnier bien connu — et honoré — de la musique électroacoustique, travaille depuis longtemps avec les textes de Kafka; il est un familier de son univers.

Troisième et dernier volet du Cycle des profondeurs, ce disque s’intitule Le cri du Choucas. L’ensemble des sons — évidemment non identifiables — prolonge chez l’auditeur l’étrange désarroi induit par l’écriture de Kafka; le prolonge et l’amplifie ou le bouleverse radicalement. Cette profusion a nécessité une construction rigoureuse très équilibrée dans la distribution des courtes citations de textes de l’écrivain tout au long des 12 séquences.

Parmi elles, et il faudrait bien des pages encore pour analyser vraiment le montage acoustique, je note en milieu et fin de la séquence 3 [La colonie pénitentiaire] l’emballement sonore en avalanche qui renforce l’engrenage de l’imaginaire avec de brusques retombées vers le concret. À la séquence 5 [Attente], pris avec «l’homme de la campagne» dans le rideau sonore, les auditeurs ressentent profondément ce qui agite, ce qui peuple cette attente avec ses à-coups d’espoir / désespoir, son questionnement sans fin. Et ce mot «Warrum?» (Pourquoi?) Qui la clôt. Warrum répété plusieurs fois qui hante l’ensemble de la composition: la question sans réponse possible… Le thème du père se déploie dans la séquence centrale 6 [Le père] qui est la plus longue (15 min). Très troublante car au fil de l’écoute se re / découvrent des fragments connus et qui prennent dans cet environnement là, une intensité autre, différente.

Les voix (dont celle de Marthe Robert) transformées, ou non, ajoutent à la dramaturgie générale avec beaucoup de sobriété, contrastant avec les explosions et tourbillons de musique dont Francis Dhomont sait parfaitement, en grand maître qu’il est de la matière sonore, infléchir des nuances inattendues faisant de ce disque un grand bonheur d’écoute qui enrichit tout autant notre réflexion que notre théâtre intérieur.

… une construction rigoureuse très équilibrée […] un grand bonheur d’écoute…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.