Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no. 55, March 1, 2003

Natasha Barrett est une jeune acousmaticienne britannique installée à Oslo, Arturo Parra est, lui, un Colombien résidant au Québec. Les associer dans cette chronique relève ici d’une forte subjectivité, leurs univers sonores respectifs étant totalement différents, au-delà bien sûr de certaines techniques communes à toutes les musiques électroacoustiques.

La première pratique une forme de juxtaposition de couches sonores en interaction mutuelle, les unes provenant de l’environnement direct (donc naturelles et parfois reconnaissables), les autres étant transformées. Arturo Parra superpose le travail d’un instrument acoustique, la guitare (un jeu profondément volubile et chaleureux qui caractérise le style latino-américain) et les bandes magnétiques. Tour à tour Gilles Gobeil, Robert Normandeau, Stéphane Roy, Francis Dhomont, piliers d’empreintes DIGITALes, l’assistent.

L’association des deux créateurs peut se justifier par une partie de la thématique de certaines œuvres. Natasha Barrett s’attache à décrire des paysages naturels, avec sa sensibilité. Red Snow évoque les tourbillons de neige de sa patrie d’adoption. D’autres pièces font référence à cet environnement (Outside Snow Falls, Midnight Sun: Midday Moon… ); elle pratique en somme une météorologie sonore (Replaced). Son intérêt pour les paysages naturalistes se retrouve aussi dans Viva la Silva, évocation de la forêt vierge de Costa Rica a travers les grouillements, piaillements, de la faune (les oiseaux surtout) mais aussi les transformations de la voix humaine.

Avec Arturo Parra, on retrouve un peu de cette thématique paysagère. Mais la sienne est plus axée sur des paysages dans lesquels il ressent une présence - voire une absence - humaine. La forêt vierge semble encore garder les traces des peuples anciens (La basilique fantôme), abriter un voyageur/aventurier (D’or et de lumière) ou être tout simplement la cadre d’une impression de solitude humaine (Soledad). Le résultat sonore chez lui est très emphatique, volontaire, dynamique, tandis que sa consœur réalise un travail d’une approche plus introspective.

Le résultat sonore chez lui est très emphatique, volontaire, dynamique, tandis que sa consœur réalise un travail d’une approche plus introspective.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.