Critique

Réjean Beaucage, La Scena Musicale, no. 8:7, April 1, 2003

Sixième disque de Francis Dhomont chez la maison montréalaise empreintes DIGITALes, Jalons regroupe des compositions encore inédites ou parues dans des compilations. Il s’avère donc moins conceptuel que les productions habituelles du doyen de la communauté électroacoustique québécoise. On y trouve une réduction stéréophonique de Vol d’Arondes, présenté en version octophonique lors de sa création à la dixième édition de la série Rien à voir, en décembre 2001. L’œuvre emprunte une partie de son matériel de base à une autre, Drôles d’oiseaux, qui date de 1985 et que l’on trouve aussi ici. Cette dernière est une réalisation entièrement électronique, la seule du catalogue du compositeur. De même sur ce disque, En cuerdas (1998), une musique parfaitement autonome, a servi de base au guitariste Arturo Parra pour Sol y sombra… l’espace des spectres, une pièce pour guitare et bande, publiée sur son disque Parr(A)cousmatique, également chez empreintes DIGITALes.

La meilleure façon d’apprécier la musique électroacoustique, et Francis Dhomont serait certainement d’accord, reste le concert acousmatique, durant lequel le compositeur, généralement, diffuse les œuvres au programme au moyen d’un «orchestre de haut-parleurs» à un public plongé dans le noir. On a ainsi pu entendre en mars dernier, durant le festival Montréal / Nouvelles musiques, la pièce Les moirures du temps (2000), que l’on pourra maintenant écouter chez soi grâce à ce disque. Le disque comprend aussi Un autre Printemps (2000), un détournement de la musique de Vivaldi que Dhomont a conçu pour Mein Kino für die Ohren (Mon cinéma pour l’oreille), un film du cinéaste allemand Uli Aumüller. Bref, une collection variée qui permet d’apprécier différentes facettes du travail d’un maître de la musique concrète. 4/6

… un maître de la musique concrète.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.