Critique

Stephan Dunkelman, Les Cahiers de l’ACME, no. 112, February 28, 1991

Compositeur Canadien et lauréat de nombreux concours (Phonurgia-Nova, Bourges et Luigi-Russolo), il nous propose un éventail de son évolution entre 1985 et 1989. Cette intéressante façon de faire permet de présenter un parcours clarifiant de manière plus nette la dmérence entre la première pièce, intitulée Jeu (vraisemblablement la plus aboutie et réussie) et la dernière: Le cap de la tourmente caractérisée par un plus grand nombre de sons électroniques et un travail moins fouillé sur l’espace. Mémoires vives possède la particularité — rare en électroacoustique — de plaire instantanément à un auditoire pourtant peu enclin à apprécier ce genre de musique. Robert Normandeau, adepte d’un «Cinéma pour l’oreille», a une façon légèrement différente, semble-t-il, de travailler l’espace par rapport à Calon: changements de perspectives plus brusques tout en jouant plus sur les plans proches/lointains, ce qui rend sa musique plus spectaculaire que d’autres. Cela se remarque surtout avec Jeu et Rumeurs (Place de Ransbeck) alors que Christian Calon joue plus avec l’espace gauche/droite.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.