Les iConcerts de Réseaux

Dominique Olivier, SOCAN, Paroles & Musique, no. 10:2, June 1, 2003

L’électroacoustique a beaucoup à gagner du virtuel. C’est ce que Jean-François Denis et ses complices de Réseaux, les composteurs Gilles Gobeil et Robert Normandeau, ont vite compris. Les organisateurs de Rien à voir, cet événement bi-annuel consacré à l’acousmatique (diffusion d’œuvres électroniques sur orchestre de haut-parleurs), se battent depuis des années sans grand soutien financier pour donner une visibilité à cet art à la fois extrêmement dynamique et étrangement occulte sur la scène québécoise. Faire jouer et rejouer les œuvres, faire connaître nos créateurs qu n’ont pas l’habitude de prophétiser dans leur pays, faire venir au Quéhec les meilleurs compositeurs de l’étranger, diffuser l’information, voici quelques-uns des objectifs de Réseaux.

«La première idée qui préside aux iConcerts, c’est de rendre les œuvres disponibles à long terme et sur demande,» explique Jean-François Denis, le grand manitou de ces événements virtuels. Bien sûr l’idée d’un juke box avec possibilité de téléchargement sur Internet n’est pas nouvelle. Mais les directeurs de Réseaux ont voulu faire les choses un peu différemment. «Nous avons voulu créer des petits concerts, bien qu’à travers une discussion sémantique que j’ai eue récemment, j’ai su qu’on ne peut pas vraiment appeler ça des concerts. En fait, I s’agit plutôt de possibilités d’écoute, de mini-événements. Il y a trois œuvres par iConcert, chaque pièce durant environ quinze minutes. Ce sont de petites bouchées de musique électroacoustique agencées à partir des 17 œuvres commandées par Réseaux depuis les débuts de Rien à voir.»

En tant que commanditaire de ces pièces, Réseaux s’acharne (selon l’expression de Jean-François Denis) à les représenter en organisant des blocs prévus à cette fin dans les Rien à voir. Les iConcerts sont donc, dans presque tous les cas, une troisième vie pour ces œuvres de Nicolas Borycki, Nicolas Boucher, Ned Bouhalassa, Christian Calon, Francis Dhomont, Paul Dolden, Alain Gauthier, Monique Jean, Elainie Lillios, Robert Normandeau, John Oswald, Éric Rocheleau, Stéphane Roy, Wayne Siegel, Randall Smith, Marc Tremblay et Pierre Alexandre Tremblay.

Au moment de l’entrevue, il n’y avait que deux iConcerts en ligne, lancés respectivement le 3 du 3 et le 4 du 4… «Comme nous sommes des petits rigolos, nous allons continuer comme ça jusqu’au 8 du 8, ce qui nous donne chaque fois au moins 31 jours pour faire le travail! D’ici à la fin de l’été, toutes les œuvres commandées seront sur le site iconcerts.rien.qc.ca,» précise Jean-François Denis.

Bien sûr, la question des disques se pose. La réponse de Jean-François Denis, co-directeur de Réseaux mais unique drecteur de l’étiquette empreintes DIGITALes, est multiple: «Ces œuvres seront fort probablement gravées sur disque à un moment donné, mais il faut tenir compte du fait qu’empreintes DIGITALes ne produit que des ennegistrements monographiques et que parfois les composteurs n’ont pas suffisamment d’œuvres pour remplir un disque; parfois aussi, la commande a été passée peu de temps après la parution d’un disque.»

Si le but de l’opération est d’abord de donner accès aux œuvres, elle a plusieurs avantages non négligeables. «Comme l’lnternet est international, c’est là que nous commençons à articuler l’aspect réseaux de notre nom. À chaque lancement on envoie un courriel à plus de 8000 personnes, praticiens ou amateurs à travers le monde. On peut aussi très bien voir cette action sous l’angle du développement de public. Est-ce que ça attire les gens à venir au prochain Rien à voir? La réponse est oui. D’autre part, en utilisant ce moyen-là, qui est soit dit en passant très abordable pour nous, on va certainement rejoindre une clientèle jeune. Pour les 15-20 ans, le mp3 est la chose la plus naturelle du monde.» Et où en est la frequentation des iConcerts au moment de l’entrevue, alors que deux concerts et six œuvres seulement sont disponibles? «Nous constatons par les statistiques que fournit le serveur qu’il y a l’équivalent de 65 pièces par jour qui sont écoutées. Pour moi, c’est énomme!» s’exclame Jean-François Denis, qui compte ajouter un bouton commentaires au site. Avec un peu de chance, la courbe suivra une progression constante avec l’ajout des 11 autres œuvres au cours des prochains mois.

Réseaux, avec son dynamisme incroyable et son flot perpétuel d’idées, ne compte pas s’arrêter là. Les projets sont foison bien que l’organisme fasse déjà littéralement des miracles avec ses ressources extrêmement limitées. «Nous avons produit près d’une trentaine d’événements distincts au cours de la saison 2002-2003, avec un budget de 70 000$,» souligne Jean-François Denis. Pour en savoir plus sur la saison à venir, on peut d’ores et déjà consulter le site de Réseaux afin d’avoir les lieux, dates des concerts ainsi que le nom des compositeurs qui seront diffusés en 2003-2004.

Ce sont de petites bouchées de musique électroacoustique…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.