Trouver la beauté dans les sons sauvages

Philippe Papineau, Le Devoir, October 15, 2018

Le compositeur, explorateur du son et pionnier de la musique électroacoustique Francis Dhomont a toujours voulu faire des opéras, «mais sans chanteurs, sans instruments. Des musiques qui, néanmoins, racontent une histoire. Pour moi, c’est évident: tous les éléments techniques du son et de la musique que je peux connaître et que j’ai approfondis n’ont qu’un but: traduire une pensée, une émotion.»

Un homme modeste, Francis Dhomont, à qui on parvient néanmoins à soutirer ceci: «J’étais moi-même très convaincu d’avoir quelque chose d’intéressant à dire, et donc je l’ai dit avec assez de conviction pour convaincre d’autres personnes, professeurs et étudiants, qui ont fait croître cette musique. À ma manière, et avec plusieurs autres, j’ai contribué à faire de Montréal — enfin, du Québec en général, mais de Montréal en particulier — un centre important de la musique électroacoustique.»

Et c’est pour cela que le festival Akousma lancera au Gesù ce soir sa quinzième édition, avec d’abord une causerie dirigée par le directeur artistique du festival, Louis Dufort, puis un concert durant lequel le compositeur français, pionnier de ces musiques pour orchestre de haut-parleurs, présentera en première nord-américaine une sélection de ses oeuvres récentes – qui ne comprendra cependant pas Le cri du Choucas, terminée il y a deux ans, dernier volet d’un triptyque amorcé en 1982 avec Sous le regard d’un soleil noir, possiblement sa plus importante composition. «C’est une oeuvre qui a beaucoup compté pour moi, explique Dhomont. Comme Forêt profonde et Le cri du Choucas, elle a pour base des écrits de psychanalyse; ce sont les oeuvres qui, je crois, me représentent le mieux.»

Retour à Montréal

En vérité, c’est comme si l’organisation dédiait la quinzième édition d’Akousma à Francis Dhomont, de retour au Québec après neuf ans d’absence. «Ça me fait très plaisir, d’abord parce j’ai beaucoup d’amis ici, beaucoup d’anciens étudiants, beaucoup de souvenirs de la Faculté», explique celui qui a enseigné la musique à l’Université de Montréal de 1980 à 1996. Le compositeur, qui aura 92 ans le 2 novembre prochain — «Naître le jour de la fête des morts!» souligne-t-il en riant —, continue d’enrichir son oeuvre de nouvelles explorations dans cet univers sonore qu’il a largement défriché, celui des musiques sur support pour orchestre de haut-parleurs.

Lorsqu’il est arrivé à Montréal en 1978 après être passé par le célèbre Groupe de recherches musicales de Paris fondé vingt ans plus tôt par le père de la musique concrète, Pierre Schaeffer, il a vite fait connaissance avec les fondateurs de l’Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec, parmi lesquels la compositrice et pédagogue Marcelle Deschênes.

«À la Faculté, on venait d’ouvrir une classe de musique électroacoustique. Marcelle m’a demandé quelque temps après si j’accepterais de donner quelques cours, puis quelques autres, et j’ai fini par en donner beaucoup. Et c’était très bien. J’ai eu beaucoup de plaisir parce que j’ai eu affaire à des étudiants très motivés et très sympathiques», dont son ami Robert Normandeau, compositeur chevronné devenu professeur à la Faculté de musique de l’UdeM et grand spécialiste de l’oeuvre de Dhomont, dont l’influence sur le développement des musiques acousmatiques et électroacoustiques au Québec fut déterminante.

Donner vie à la musique

«J’ai apporté une chose, ici, et c’est [la notion de] la spatialisation de la musique, qui était une technique essentiellement française», abonde le maître, vif et généreux malgré le décalage horaire. La spatialisation sonore, où l’art de travailler le son pour «donner l’impression de décrire des trajectoires dans l’espace, de se situer dans un univers sonore en relief», pour reprendre le mot du compositeur français Edgard Varèse, un autre pionnier dans le domaine.

«Dès mon arrivée, j’ai commencé à donner de petites présentations, avec un petit nombre de haut-parleurs; on commençait avec pas grand-chose, mais c’était déjà un début, poursuit Dhomont. Ça permettait de donner à cette musique de haut-parleurs un aspect moins statique, une vie. Et progressivement, cette façon de projeter la musique électroacoustique est devenue très actuelle ici, alors je suis très fier d’avoir semé cette petite graine qui a poussé.»

Et qui a même réussi à pousser hors du registre des musiques dites savantes, estime Francis Dhomont. «Il y a une chose dans certaines musiques populaires, notamment dans la musique techno: c’est que ces musiciens utilisent des instruments et des équipements qui ressemblent beaucoup à ce que nous utilisons nous-mêmes dans nos studios. Donc, on a tendance à retrouver certains sons qui nous sont communs. Mais il y a aussi certains compositeurs de ces musiques qui connaissent le travail des créateurs électroacoustiques. Ils n’en font pas eux-mêmes, mais ils connaissent les oeuvres et s’en inspirent, quelquefois.»

«Dans la musique électroacoustique, comme on prend tous les sons qui existent dans la nature, autant ceux qui existent que ceux qu’on peut créer avec des appareils, tous ces sons peuvent se rapprocher de ce qu’on appelle le bruit. Certes, ce sont des sons un peu plus sauvages, mais on peut les organiser pour qu’ils soient plus agréables à l’oreille, ou plus agressifs, si c’est bien l’intention. Donc, il faut évacuer l’idée de départ que c’est du bruit. Il faut arriver à admettre que l’on peut faire de la musique avec autre chose que des instruments d’orchestre. Si on arrive à franchir cet obstacle, alors je pense qu’on peut vraiment trouver de la beauté.»

À ma manière, et avec plusieurs autres, j’ai contribué à faire de Montréal […] un centre important de la musique électroacoustique.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.