Critique

Julien Jaffré, Jade, no. 12, June 18, 2003

Drones lancinants des profondeurs, ambiances portuaires et fonds de cale… Monique Jean installe sans préliminaire les soubassements de son travail. 13’13 pour voix défigurées nous immerge dans l’appel au secours de rescapés en attente de secours, puis développe un schéma combiné d’électro-ambient spectrale et de rythmes métalliques post-industriels. Les qualités acousmatiques et conceptuelles de son travail sont indéniables, privilégiant dans cette quête un travail en profondeur, croisant le fer avec des femmes-écrivains contemporaines, depuis Hélene Cixous jusqu’à Denise Desautels ou encore Alejo Carpentier et son Varèse vivant (écrivain qui je vous l’accorde, n’est pas une femme!) A choisir, on préférera ses travaux purement instrumentaux, comme l’étonnamment fluide Danse de l’enfant esseulée, plus prompt à nous plonger dans l’onirisme de ces mondes sinistres et menaçants.

… prompt à nous plonger dans l’onirisme de ces mondes sinistres et menaçants.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.