electrocd

Critique

Alain De Filippis, Revue Notes, no. 37, March 1, 1990

Des trois compositeurs proposés par le label [empreintes DIGITALes], Christian Calon est sans conteste le plus radical dans sa démarche, l’écoute de sa musique nécessite que l’auditeur fasse une totale abstraction de toute culture musicale.

Portrait d’un visiteur est une composition aux sonorités «organiques» (vagues déferlantes, grattements, silences, frottements, masses sonores qui éclatent brutalement). Une tension sous-tend cette pièce qui grouille de vies infimes, l’image visuelle que j’y associe (c’est tout a fait subjectif…): des empreintes animales sur une terre craquelée.

La disparition nous emmène vers des temps immémoriaux (puissances sourdes omniprésentes, flûtes aux consonnances primitives, chants aux divinités naturelles), les architectures sonores sont réellement inouies, des agrégats de matière se structurent en trombes qui nous anéantissent. Cette «symphonie» tellurique ne se prête a aucune comparaison avec d’autres musiques.

Minuit est une longue composition (40min) où se côtoient texte et musique. De part sa structure narrative, la première moitié de Minuit est proche de l’écriture radiophonique: là-encore la musique consiste en de violents mouvements de masses sonores, style apparament specifique à Christian Calon. Dans la second partie, le texte subit une «atomisation» (la voix devient un matériau à part entière et se trouve totalement absorbée par la musique). Ce disque nous permet de découvrir un compositeur de qualité, trés exigeant dans son propos. Toutes les matières utilisées sont orchestrées jusque dans les moindres détails, et la puissance qui se dégage de l’ensemble des compositions n’exclue ni finesse, ni subtilité d’écriture. À découvrir absolument!

… la puissance qui se dégage […] n’exclue ni finesse, ni subtilité d’écriture.