Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no. 65, September 1, 2005

Découverte avec Isostasie (IMED 0262) il y a deux ans, la musicienne britannique, norvégienne d’adoption, propose avec ce recueil une nouvelle occasion de plonger dans son univers sonore acousmatique. Selon votre équipement, cette plongée peut être réalisée en stéréophonie ou en ambiophonie, les trois pièces étant disponibles à la fois en CD et en DVD audio.

Comme dans ses précédentes créations, les réalisations de Natasha Barrett se situent entre deux univers, celui des sons concrets ou échantillonnés (voix féminine et prises de son d’un marché londonien dans le cas de … fetters…, grincements de portes, horloge, rires et toussotements dans Prince Prospero’s Party, eau, orage, piaillements d’oiseaux… ) et celui de leur exploitation, plus abstraite, plus mentale en quelque sorte, traduisant l’appropriation intime des phénomènes sonores. La superposition des couches sonores, parfois identifiables, conduit ici à trois narrations assez distinctes dans leur finalité. … fetters… se réfère à l’accélération des particules dans un univers clos. Prince Prospero’s Party reprend, avec l’esthétique propre à Natasha Barrett, l’idée de mettre en sons une nouvelle d’Edgar Allan Poe (The Mask of the Red Death), alors que Exploratio Invisibilis invite à un voyage introspectif, qui peut se révéler tout aussi mouvementé qu’une exploration dans des contrées plus ou moins connues, alternant - mais c’est aussi le cas des deux autres pièces - des passages très denses, des explosions de sons, et des moments plus calmes, parfois proches du silence.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.