Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no. 57, September 1, 2003

Le travail que Monique Jean présente dans ce recueil s’apparente à la fois à un manifeste et un constat désabusé des horreurs. Dès l’entrée dans la matière sonore, les sons électroniques claquent et interpellent l’auditeur. 13’13 pour voix défigurées qui intègre, de manière sous-jaçante et fugitive mais explicite des extraits d’œuvres d’écrivains, souvent des femmes, mais aussi d’œuvres musicales retransformées (Penderecki?), évoque diverses tragédies dues à l’Homme: la destruction du temple de Jerusalem, le sac de Constantinople lors de la 4e croisade, les guerres de religion(s), I’holocauste… La dureté mais aussi l’urgence de la prise de conscience se trouvent renforcées par les sons transformés des sirènes. Figures du temps est, elle, une pièce en trois mouvements et s’interroge aussi sur quelques événements, telle la situation des femmes en Algérie. L’approche en est moins violente, plus nuancée et met en œuvre des sonorités plus délicates parmi lesquelles on retrouve la contrebasse de Joëlle Léandre. Les deux autres pièces semblent dans leurs premiers développements plus sereines, à partir de sonorités plus reposantes. Elles s’inscrivent toutefois dans deux conceptions différentes. Danse de l’enfant esseulée repose sur un son drone lancinant peu à peu submergé par diverses vagues parfois grinçantes, et plus convulsives. Récit des affres de la solitude? low Memory #2 est davantage une étude sur la confrontation d’un son instrumental - ici la flûte - avec sa transformation électroacoustique.

Dès l’entrée dans la matière sonore, les sons électroniques claquent et interpellent l’auditeur.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.