electrocd

Oursins chroniques

Jean-Claude Gevrey, Octopus, no. 832, May 1, 2008

Dernière parution en date (la troisième pour le label Empreintes Digitales) des œuvres électroacoustiques de Jonty Harrison, composées entre 1999 et 2007, Undertow place d’emblée l’auditeur sur des récifs contre lesquels les vagues viennent s’écraser puis le plonge très vite sous la surface de l’eau, source sonore de prédilection du compositeur. Commence alors une immersion dans le monde du silence qui se révèle étonnamment musical et où la circulation de fluides et l’effervescence de bulles forment un jeu de micro-percussions finissant par faire oublier la nature du matériau d’origine. L’œuvre suivante, ReCycle, est un ensemble de pièces conçu comme une ode aux quatre éléments: la terre avec force éboulis rocheux et raclement de briques, le feu dans une orchestration progressive des hoquets de moteurs à combustion, l’air par une étude sur la dynamique de la propagation des sons et enfin l’eau avec une exploration aquatique multi-dimensionnelle. Concluant cet enregistrement, Afterthoughts est à envisager comme une dérive de l’esprit où la conscience cède la place au rêve et où les bruits paisibles de la nature environnante sont graduellement engloutis par le tumulte urbain, son trafic routier et son agitation industrielle. Une constante chez Harrison retient particulièrement l’attention: son approche méticuleuse consistant à considérer des phénomènes uniques et souvent assez simples puis à les ausculter de très près, à les disséquer à l’échelle moléculaire jusqu’à les dématérialiser. Partant d’éléments naturels ou de sons très concrets, le compositeur semble en effet les réduire en particules et, loin de se contenter d’observer leurs trajectoires aléatoires dans l’espace, les réarrange à sa guise avec beaucoup de vitalité et de poésie. Disque au format DVD-Audio.

Partant d’éléments naturels ou de sons très concrets, le compositeur semble en effet les réduire en particules et, loin de se contenter d’observer leurs trajectoires aléatoires dans l’espace, les réarrange à sa guise avec beaucoup de vitalité et de poésie.