electrocd

Oursins chroniques

Laurent Catala, Octopus, May 1, 2008

On connaissait surtout le travail d’Aimé Dontigny dans sa veine collaborative — au sein de morceaux_de_machines, de Napalm Jazz et aux côtés de sa complice Diane Labrosse — mais ce premier opus solo, au titre imprononçable pour qui n’a pas fait d’études approfondies d’allemand, ne déroge en rien à l’approche toujours caustique, presque ubuesque, des modulations sonores du compositeur québécois. Alors que Diane Labrosse s’attaquait récemment aux Objets en voie de disparition — elle participe d’ailleurs au disque, au sampler, tout comme le musicien Paul Dolden -, Aimé Dontigny s’attaque aux collages sonores en général, et au cut-up en particulier, transformant cet album en une gigantesque expérience de patchworks sonores, liant breakbeat et jazz sirupeux (Pruitt-igoe), complaintes pathétiques et électronica filasse (Crowding into the behavioural sink), et beaucoup d’autres choses encore. Alors autant goûter par vous-même, vous n’en serez que davantage rassasié.

… ce premier opus solo […] ne déroge en rien à l’approche toujours caustique, presque ubuesque, des modulations sonores du compositeur québécois.