electrocd

Critique

Réjean Beaucage, Circuit, no. 18:2, April 1, 2008

Avant le Groupe de recherches musicales (GRM), il y a eu le GRMC (Groupe de recherches de musique concrète, 1951-1958), et avant lui, le Club d’essai de la Radiodiffusion française (1946-1960), qui venait lui-même après le Studio d’essai (1942-1946); ces entités ont toutes en commun d’avoir été dirigées par Pierre Schaeffer, ingénieur et musicien qui, comme on le sait, inventera en 1948 la musique concrète. Le livre d’Évelyne Gayou arrive à point, en 2008, pour souligner le 60e anniversaire de l’événement, bien sûr, mais aussi parce qu’il était temps de ne plus attendre avant de colliger la somme importante de réalisations qui ont vu le jour dans d’obscures studios radiophoniques. À travers un mandat large englobant la recherche et la création, la production et la diffusion, et un objet de recherche neuf et évolutif (la musique concrète, mais aussi la musique électronique, puis l’électroacoustique, l’acousmatique, et jusqu’à la multitude de déclinaisons de l’électro) le GRM est rapidement devenu, au fil des ans, un puissant attracteur de talents créatifs multidisciplinaires et un endroit où l’on pouvait vraiment créer de l’inouï. À ses détracteurs qui se demandent toujours s’il s’agit bien de musique, puisqu’elle ne s’écrit pas (moi qui croyais que la musique devait s’écouter), l’auteure sert dans son chapitre final («À la recherche d’une écriture») de nombreuses réponses qui pourraient clore cet aspect du débat et quelques questions qui pourront le relancer.

Dans ce livre touffu, Évelyne Gayou, elle-même membre du GRM depuis 1975, convoque tous les acteurs qui ont traversé l’histoire du Groupe (on pourrait se lasser de la cascade de noms) et elle y dresse des listes de leurs productions (radiophoniques, musicales, informatiques, théoriques, etc.); les retours sur certaines périodes pour les observer à partir d’un point de vue différent (la deuxième partie étudie transversalement l’histoire documentée chronologiquement dans la première) provoquent des redondances, mais le travail est là, complet et extrêmement utile (des sections courtes au titre clair cernent leur sujet avec précision et permettent de retrouver rapidement les informations recherchées). Et comme le GRM n’est pas, malgré tout, le fruit d’une génération spontanée, on y croise aussi les précurseurs, les explorateurs parallèles et ceux qui se sont à leur suite engagés dans les avenues ouvertes par Schaeffer, toujours prometteuses de découvertes.

… il était temps de ne plus attendre avant de colliger la somme importante de réalisations qui ont vu le jour dans d’obscures studios radiophoniques.