Critique

Réjean Beaucage, La Scena Musicale, no. 9:2, October 1, 2003

empreintes DIGITALes fait paraître ces jours-ci trois disques de Paul Dolden. Il s’agit de L’ivresse de la vitesse, paru à l’origine en doublé et dont les disques sont séparés pour cette nouvelle édition «retraitée, remixée et remasterisée». Le troisième, Seuil de silences, réédite des pièces parues en 1990 sur le disque The Threshold of Deafening Silence et présente deux nouvelles pièces mixtes (avec Julie-Anne Derome au violon pour Gravity’s Stillness. Resonance #6, de 1996, et François Houle à la clarinette et Leslie Wyber au piano sur The Vertigo of Ritualized Frenzy. Resonance #4, aussi de 1996). Si on est ici au seuil du silence, on n’y entre pourtant pas souvent. Dolden travaille l’épaisseur du son comme un sculpteur et n’hésite pas à placer les unes par dessus les autres des centaines de pistes, ce qui donne une perspectives sonore impressionnante. Les œuvres «anciennes» (la plus vieille date de 1986) ont certes bénéficié des possibilités de remixage offertes par les perfectionnements technologiques les plus récents et la lourde pâte sonore qu’affectionne le compositeur y gagne en netteté. Toujours aussi impressionnant. 4/6

Toujours aussi impressionnant.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.