Critique

Sabine Moig, JazzoSphère, no. 35, October 1, 2008

Décrites volontiers comme du «cinéma pour l’oreille», les compositions de Gilles Gobeil nous ouvrent à des univers singuliers touchant à l’ésotérique et au mystique. Les trois pièces ou songes de cet album, écrites lors de résidences au Zemtrum für Kunst und Medientechnologie (ZKM) à Karlsruhe en Allemagne, présentent la particularité, comme nombre de ses compositions, de prendre leur source et leur inspiration dans des œuvres littéraires. Donnant vie au livre de Jacques Lacarrière Les hommes ivres de Dieu, proposant une musique à la troisième partie de La divine comédie de Dante ou bien invoquant des scènes du scénario Hoffmanniana d’Andreï Tarkovsky, les pièces possèdent une trame unique, convient aux découvertes, suggèrent des paysages ou des contrées ou nous attirent vers un univers fait de songes. La musique de Gilles Gobeil surprend par ses qualités de suggestion, ses évocations réussies et ses interpellations fécondes. Nourries des musiques du passé qu’il réinvestit, ses pièces possèdent un réel pouvoir hypnotique. Entre spiritualité, terreurs diaboliques, doutes existentiels, erreurs ou errances humaines, le tableau dépeint par Gilles Gobeil imprime nos sens comme par magie.

… les pièces possèdent une trame unique, convient aux découvertes, suggèrent des paysages ou des contrées ou nous attirent vers un univers fait de songes.